Bilan anticipé

9 Nov

“On est en 2010!”

Cela fait à peu près deux jours que cette phrase résonne dans ma tête. Pardonnez-moi si cela m’a pris onze mois pour m’en rendre compte, mais,voyez-vous, je suis presque sûr que vous ne voyez pas encore où je veux en venir.

 

Je ne veux en aucun cas prendre à défaut la taille de votre cabeza, mais comprenez-vous la portée de cette “exclamation”? Comprenez-vous que, sous les traits simples et pitoyables que cette phrase se cache une vérité des plus effrayantes? Car c’est toute une image, une histoire d’amour, et un cataclysme  qui prend ainsi forme sous vos yeux. L’apercevez-vous ?

– C’est l’image de notre ère, de ce que nous sommes, de ce que nous faisons. Dois-je vous rappeler ce qu’est 2010? C’est l’année où le nombre de suicides (spécialement de jeunes) a atteint des records. C’est l’année où on s’est rendu compte qu’une autre prise de LaBastille était finalement nécessaire. C’est l’année où on a trouvé que la meilleure solution pour éviter la mort de notre planète à cause de nos conneries, était de tuer les futures générations avant qu’elle n’en fasse de plus grandes. N’est ce pas ceci la plus stupide des folies ?
Bien sur, l’année 2010 a aussi eu ses bons cotés. La première coupe du monde en Afrique ( très vuvuzelees mais bon ), le premier gars à s’être désabonné de Facebook (Exactement, l’impossible a pris forme), et surtout la plus grande révélation de documents secrets relatifs à des crimes de guerre.

 
– 2010, c’est aussi l’histoire d’amour de l’Homme et de sa plus ancienne compagne: la haine. L’Homme aime sa haine autant qu’il peut haïr son ancien amour. Et de fait, l’Homme s’est mis à haïr quand il s’est rendu à l’évidence qu’il ne pouvait aimer. Certainement, dans un passé lointain, l’homme arrivait à aimer autrui pour ce qu’il est, mais cela était certainement trop lointain pour que l’on s’en rappelle. Et à travers le temps, chacun s’est pris au malin plaisir de haïr pour n’importe quelle raison, au point qu’au final, on n’arrive à haïr pour la plus bête des raisons, à savoir détester quelqu’un pour ce qu’il ne pourra jamais être .

-Le cataclysme est ce fléau qui sévit un peu partout maintenant. On le nomme “communautarisme”, on trouve que le nom sonne assez bon comme méthode d’aborder les autres, et donc on se lance à l’appliquer contre n’importe qui et pour n’importe quoi. Le communautarisme  désigne les attitudes ayant pour but définir un groupe au sein de la société, le rendant agressif contre tout ce qui peut toucher le groupe comme entité. En d’autres termes, le communautarisme est cette tendance humaine, c’est le moins qu’on puisse dire, à se recroqueviller et se cacher derrière des barrières toujours plus hautes, des murs toujours plus épais, mais surtout derrière des raisons toujours plus stupides, de peur de confronter l’autre, sous prétexte de défendre sa communauté. Autant l’appeler connerie tant qu’on y est!

 

Je me rappelle toujours de ce 31 décembre 1999, ou 1er Janvier 2000 pour les optimistes parmi vous, où on annonçait le troisième millénaire comme l’avènement d’une nouvelle ère. Je sais pas pour vous, mais je trouve qu’on a assez bien foiré ce nouveau millénaire. Je sais qu’on aura un peu plus de chances pour mieux paraitre avec le temps, mais pour combien de temps encore arrivera-t-on à survivre, si, au final, il y a un grand risque que la vie devienne un combat de chacun contre tous, à savoir le beau 7 milliard restant.

Je sais bien que j’écris cet article un peu trop tôt, j’étais supposé faire mon bilan de l’année que dans deux mois. Mais pardonnez-moi si je ne vais pas pouvoir tenir aussi longtemps; ma tête est fragile et je trouve que c’en est bien plus qu’assez pour une année!

A moi l’année où on regardera vers l’autre, et on se rendra à l’évidence qu’il n’est tout simplement qu’un être humain! Et en attendant que cette année arrive, je vous invite à attendre avec moi, moi et ce très cher Grand Corps Malade ( oui il a même pensé à nous faire une chanson pour l’occas, ca s’appelle J’attends (le gars est super doué pour trouver ses titres mais bon!))

Dutch stirring

16 Oct

Doomtrain

©Grrrod

Darkness  pt. 1:

The other day I was sitting in the train, starring at the window and starring at the scenery rapidly flashing past my eyes. Shadows created by the turns of life’s chess game. It was the black kingdom’s turn.

Why do I bring up this shed of light on darkness? Because quite frankly it intrigues me, the whole spectrum of darkness even. The fact that you don’t know what happens in all those edgy corners, ‘scary looking’ forests, deserted roads accompanied by tall (even more so) overshadowing trees and simple darkness of a field which seems to have no end.

Anything can happen at those spots. Be it something good or something bad. I mean there are a ton of things one could think of. I don’t always try to bend my mind to the negative, which is relative at the same time.

People often refer to the world as being ‘black and white’. I’m not one of those people….

Signed:
~The ‘Gunblade’ is mightier than the pen and a sword combined~
-<()-_-()>-  Dutch Dualist..